News et infos des sports mécaniques, F1, WRC, ERC, MotoGP, SBK... depuis 1998
Vous êtes ici : Accueil -> Monoplace -> IRL- Rencontre avec Laurent Redon...



IRL- Rencontre avec Laurent Redon...

D 30 janvier 2002     H 00:00     A Hugues Chanson     C 0 messages




agrandir

Le pilote Français Laurent Redon qui participera au championnat 2002 d’IRL, nous donnes une interview exclusive !

Hugues Chanson : -Tu cours actuellement en IRL, il y a t-il beaucoup de différence avec une formule 1 au niveau du pilotage et du freinage ?

Laurent Redon : Se sont deux formules très différentes même si toutes les deux suscitent un grand intérêt sur leur territoire. Nous utilisons des matériaux sensiblement identique en Irl concernant les freins (frein carbone) même si l’utilisation est différente, le freinage est beaucoup moins violent et plus progressif tout comme le pilotage qui requière beaucoup de progressivité due aux vitesses atteintes encore plus importantes qu’en F1.

-Par rapport aux pilotes titulaires, il y a t-il des tensions ou d’autres choses comme cela, tu as été pilote d’essais en f1 chez Minardi puis chez Benetton, quels sont les conditions, les intérêts ?

Le rôle de troisième pilote est de part certains aspects très ingrat mais aussi très intéressant.
Mon rôle chez benetton était de tester et développer de nouvelles solutions techniques (ex : système FFT, différentiel hydraulique, bâche a huile moteur/boite, solutions aéro, etc..), cela est très intéressant de participer au développement d’une équipe et votre rôle est prépondérant dans son évolution car les informations que vous donnez vont permettre de développer ou abandonner les nouvelles solutions. Mais lorsque vous êtes en charge de tester de nouvelles solutions, les pilotes titulaires se concentre sur le set-up dans des situations de courses ou de qualifications et vous vous trouvez que très rarement dans une situation identique, ce qui rend la chose aussi très frustrante. Mes relations avec les pilotes titulaires ont toujours été très bonnes dans la mesure où chacun était conscient du rôle effectué. Et par la suite nous sommes toujours resté en relations.

-Quel sensation a t-on pour ses premiers tours de roues a bord d’une f1 ?

La meilleur façon d’imaginer les sensations est de ce mettre dans la peau d’un gosse qui atteint le rêve de sa vie tout en sachant que dans l’instant présent il vie se qu’il a rêvé depuis très longtemps. Je pense que les sentiments qui vous envahissent à cette instant vous rend imbattable.

-L’aspect commercial et financiers est très important en f1, tu aurais pu piloter pour Minardi mais tu as dû y renoncer faute de budget, il n’y a pas assez de sponsors Français ?

(sujet délicat) Je pense que pour intéresser des société à investir dans la course auto plutôt que dans la voile ou d’autres sports il faut leur démontrer que les retombées sont plus importantes dans notre sport plutôt qu’un autre. Lorsque nous regardons les résultats médiatiques de la F1 elles sont parmi les meilleurs. Alors pourquoi en France n’arrive-t-on pas à trouver des sponsors alors que d’autres sports tout aussi onéreux (la voile), ils y arrivent ?
la seule réponse pour moi est le manque voir l’inexistence de structures professionnelles en France pour la course auto.

-Pour continuer sur la voie des sponsors, est t-il plus simple de trouver ses sponsors pour aller en f1 en étant Français que Anglais ou Allemand ?

Il est évident qu’il est plus difficile en tant que français. Le dernier français à être rentré en F1 est Panis en 1994 (huit ans et neuf saisons). Plusieurs raisons à cela :
Tout d’abord depuis le départ de ELF, plus aucune société française a soutenu un pilote nationale, je pense que les seules pouvant mobiliser l’intérêt de tel multinationale française sont les anciens pilotes Français de F1,possèdant une notoriété et une crédibilité dans se sport , malheureusement aucun d’entre eux est venu en aide aux jeunes.

Une fédération trop faible ou voué à d’autres disciplines. Je me réjoui de voir de jeunes talents éclorent sur la scène internationale du rallye via des constructeurs français mais je déplore qu’il en soit pas de même pour le circuit, sachant que ses mêmes constructeurs sont impliqués au plus haut échelons de la course et qu’ils bénéficient de l’avale de la fédération pour organiser des championnats sous leur marque. Je ne pense pas que l’on peut incriminer les constructeurs qui eux doivent prendre des impératifs pour justifier les budgets investi dans la course mais je pense qu’il vaut mieux incriminer une fédé qui possède les armes pour intéresser les constructeurs à miser sur un jeune pilote français. Je pense que l’on juge une fédération par rapport à ses représentants dans le plus au niveau de la discipline, si cela est le cas, avec un seul pilote français en F1 en 2002, que peut on penser de la fédération française du sport automobile.

Je ne fait aucune attaque personnelle mais seulement une constatation de la situation actuelle très difficile pour tout ces jeunes pilotes qui ne voient personne les aider mais qui entendent souvent que le problème vient d’une relève trop faible. Constatation qui doit certainement venir de la raison du mal (façon de se laver les mains). Mais comment peut on arriver à justifier cela, alors que ses dernières années, ces jeunes pilotes français ont quasiment tout gagné sur la scène internationale.

-Les pilotes arrivent en f1 de plus en plus jeunes, a l’époque ou tu voulais rentrer en f1, étais-ce plus simple ou plus dure d’arriver en f1 ?

Avant l’arrivé de Button chez williams aucun team manager voulait d’un jeune pilote sans expérience en grand prix, il fallait donc démarrer avec des équipes de deuxième zone tel que Minardi (ex : fisichella, trulli, etc) ou être poussé par un constructeur. Personnellement j’ai toujours pensé que pour des courses comme la F1 du sang neuf pouvait apporter plus qu’un pilote avec trop d’expérience et trop impliqué dans la politique de la F1. La F1 demande beaucoup de vivacité et de spontanéité deux caractéristiques communes chez les jeunes. Il faut pas oublier qu’une F1 vous projet d’un virage à l’autre très rapidement sans commune mesure avec les autres disciplines de la course automobile.

-La vie en compétition automobile prend beaucoup de temps, selon toi, la f1 est un métier ou une passion ?

Peut on dire que la médecine est un travail ou une passion, plutôt une vocation.

-Quand tu vois des personnes comme Kimi Raikkonen, tu trouves qu’il mérite leurs places, tu as fait la F3000, des tests en f1 en butant et en finissant par partir en IRL, que ressens-tu ?

Je pense que Kimi a démontré qu’il a sa place en F1 autant que les autres, il bénéficie de cette sensation que l’on a quand on fait les chose avec l’instinct plutôt qu’avec « l’expérience ». Je suis persuadé que pour lui tout lui semble facile, c’est dans ces moments la que l’on fait de grandes choses.

Le seul sentiment que je ressens qui n’est pas forcément désagréable, est que j’avais compris avant Franck Williams de l’intérêt de recruter un jeune. Sans doute parce que j’était dans cette situation, il y a quelques années. Comme dit se vieille adage il faut casser des œufs pour faire une omelette.

-Aimes-tu les choses comme le business et le journalisme que tu rencontres tous les jours ?

Je dirais dans certaines mesures le business s’apparente au sport (la compétition, les objectifs, l’envie de gagner, etc), il ne met pas indifférent. En se qui concerne le journalisme je n’ai aucun tallent en commun avec cette profession, il met donc difficile d’avoir un sentiment même si j’admire quand il est fait par vocation.

-Certaines personnes pensent qu’après avoir était en F3000 et avoir fait des tests en f1 pour aller en IRL, cela veut dire qu’on ne sera jamais titulaire en f1, qu’en pense-tu ?

Mon objectif n’est plus de faire de la F1, j’ai beaucoup donné dans le passé pour elle, j’ai fait beaucoup de sacrifices que je ne suis plus prêt à faire, cela est très claire pour moi. Même si je suis convaincu que se sont les voitures les plus cool à conduire, c’est aussi un milieu que je suis heureux d’avoir quitté. Je pense que pour être en F1 il te faut te consacrer à 100% à cette discipline mon âge ne me permet plus de penser seulement à elle, car aujourd’hui il faut avoir 20 ans comme dans le passé il fallait avoir 10 ans d’expérience pour y prétendre.

-Quel est ton pilote préféré en f1 actuellement ?

Olivier Panis par son côté humain et si on prend en compte les montures qu il a eu en F1 et les résultats qu’il a fait avec, il mérite mieux.

-Es-tu resté proche de la f1 ?

Je suis toujours a travers les gens avec lesquels j’avais travaillé en F1, autant par les pilotes que les différents acteurs de la F1.

-Serais-tu prêt a revenir en f1 ?

Si les conditions me permettent d’être en position de gagner, oui. Mais je doute avoir une tel opportunité en étant aux us.
Les seules voitures qui vous permets d’être dans une tel situation sont peu nombreuses en F1.


Interview réalisé par Hugues Chanson, Copyright Pitstop.com.fr 2000-2002.

Le site officiel de Laurent, www.laurent-redon.com

Derniers articles sur: IndyCar

5 décembre – Indy 500 - Alonso propulsé par Chevrolet

16 novembre – IndyCar - McLaren à long terme ?

27 octobre – IndyCar - Wickens paralysé des pieds à la taille

16 septembre – IndyCar - Hunter-Reay termine en beauté !

7 septembre – IndyCar - Robert Wickens a eu chaud...

Dernières brèves sur: IndyCar

22 mai 2017 – Indy 500 - Grille de départ des 500 miles d’Indianapolis 2017

13 mars 2017 – IndyCar - Classement du Grand Prix de St Petersburg

25 avril 2016 – IndyCar - Classement du Grand Prix d’Alabama

31 août 2015 – IndyCar - Résultats du Grand Prix de Sonoma

24 août 2015 – IndyCar - Classement des 500 miles de Pocono

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?



Derniers articles

11 décembre 2018
Karting - Deux épreuves FFSA pour préparer les Championnats d’Europe FIA Karting 2019 en France

8 décembre 2018
Karting - Organisation parfaite pour Sodikart au Brésil

5 décembre 2018
Indy 500 - Alonso propulsé par Chevrolet

4 décembre 2018
Karting - Encore une belle réussite pour le Team Rotax France

30 novembre 2018
Karting - Domination Sodi en Italie à la WSK Final Cup

29 novembre 2018
Karting - Conclusion victorieuse à Adria pour Parolin

28 novembre 2018
Karting - Mission doublement réussie en WSK Final Cup pour Rosberg Racing

28 novembre 2018
F2 - Mick Schumacher chez Prema Racing


Dernières brèves

22 mai 2017
Indy 500 - Grille de départ des 500 miles d’Indianapolis 2017

21 mai 2017
Formule E - Classement du ePrix de Paris

14 mai 2017
Formule E - Classement du ePrix de Monaco

13 mars 2017
IndyCar - Classement du Grand Prix de St Petersburg

25 avril 2016
IndyCar - Classement du Grand Prix d’Alabama

8 novembre 2015
Formule E - Classement du ePrix de Putrajaya

25 octobre 2015
Formule E - Pékin : Classement du ePrix

24 octobre 2015
Formule E - Calendrier de la saison 2015-2016


Mots clés

Erv Kanemoto,

Renault F1,

Eddy Irvine,

Circuit de Sepang,

Stefan GP,

Nico Rosberg,

Gary McCoy,

Felipe Massa,

Open Vitesse,

Championnat de France Superbike,

Rallye d’Allemagne,

Tetsuya Harada,

GP2,

Grand Prix d’Australie,

McLaren,

Michelin,

Carrera Cup,

Jean Eric Vergne,

Lola,

Timo Glock,

BTCC,

Mika Salo,

Suzuki,

Superstock,

Grand Prix d’Italie,

MZ,

F4,

Vitaly Petrov,

Promosport,

Grand Prix de Malaisie,

ChampCar,

Grand Prix du Brésil,

Championnat du Monde d’Endurance (WEC),

Jean Alesi,

Grand Prix du Qatar,

Rallye de Monte-Carlo,

Jenson Button,

Esteban Gutierrez,

Kamui Kobayashi,

Trial,


Newsletter

Votre email :
S'abonner
Se désabonner